CALLIOPE

mes création personnelles ,mes poésies libres,classiques,mes fables,mes contes

posté le 03-11-2016 à 20:56:25

halloween villanesque

halloween villanesque

 


Commentaires

 

1. gegedu28  le 04-11-2016 à 12:23:27  (site)

C'est recherché !
Bonne continuation.
Gégédu28

2. raymonde  le 04-02-2017 à 10:53:05  (site)

désolée pour ce retard à vous répondre
merci pour le commentaire
amitiés
Raymonde verney

 
 
 
posté le 18-08-2016 à 19:41:25

PRINCESSE MELIA

princesse

L’orient soulève son voile et s’éveille

Le temps a paraphé le nom d’une princesse

Elle se nomme MELIA, ses yeux envoûtent

Les ombres du LEVANT qui se parfument

De sortilèges, flacons prohibés et poussiéreux

Exhumés de la terre, nomade, et asséchée

MELIA princesse des dunes est vénérée

Elle danse et ses pas émeuvent les cieux

MELIA étreint la beauté, sa grâce sylphide

Charme la vie et son fluide connecte

Les sens au mystère des livres sacrés

Princesse ton aura se grave de perles satinées

MELIA, les chants des steppes louent

Tes attraits la mélopée enlevée par les vents

Se perd et s’oublie par l’âge qui se décline

Princesse je ferme le grimoire et m’absente

Raymonde verney

 


 
 
posté le 15-05-2016 à 15:30:42

shaltienne en miroir salon du livre

 

                              Salon du livre

 

Le jour se pose enfin j’attendais ce moment

Mes livres sont nerveux j’assemble mes neurones

Le salon des auteurs reçoit tant de personnes

Je vendrai mes recueils d’un sourire constant

 

Le forum semble étroit les heures sont filtrées

Etes-vous bien l’auteur ?disent les espionnes

Affluence d’un monde au gammes  chapitrées

 

Ma poésie à nom CALLIOPE la muse

Elle intrigue les gens leur surprise m’amuse

 

Le temps râleur s’espace il compte les entrées

 

 

 

La foule soudain va vers les œuvres titrées

 

Une dame s’approche elle semble confuse

Dites moi où trouver   LE STAND de SYRACUSE

 

 

Dédicace et cohue au stand  des stars lettrées

Rictus des  éditeurs en découvrant des nonnes

Le couvent des auteurs !les rires sont feutrées

 

Le salon  m’a séduite avec son bel allant

Les livres si divers narguent les autochtones

Les achats sont cossus voyelles où consonnes ?

La pendule se coince hâtons nous lentement.

 

Raymonde verney

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 13-02-2016 à 22:24:36

LA FORET DE BROCELIANDE


LA FORET DE BROCELIANDE


 


 


Dans la forêt de BROCELIANDE j’irais cueillir tes soupirs


Tes pas j’emboîterais sous les feuillages jaunis


Je m’assoierais au bord du temps sonate d’antan


Le froid,archer aux doigts sourds me percerait gravement


Tu viendrais dans ma passion extrême


Ne serait-ce qu’une fois ,ma mie


 

Par la magie du temps nous serions jeunes


Nos yeux demanderaient aux astres ce qu’ils veulent


Nous promènerions nos âmes dans cette buée légère


Des aubes précieuses qui s’évaporent dans l’air


Dans la forêt de BROCELIANDE nous serions deux


A contempler nos songes,heureux


Et dans le bruissement du jour qui vient


La persienne s’ouvrirait à un soleil d’airain


Les ruses des démons nous chasseraient tantôt


Sans éprouver de haine nous partirions aussitôt


 


Raymonde verney


 


Commentaires

 

1. ptit-n-ange  le 14-02-2016 à 10:20:31  (site)

Bonjour,

J'ai lu avec attention votre beau poème. C'est rès joli.

Bon dimanche.

Amicalement.

Ptit n'ange

2. elena13  le 14-02-2016 à 10:39:32  (site)

Bravo pour la photo du jour !!!

3. jakin  le 14-02-2016 à 11:08:08  (site)

Compliments pour la photo du jour et pour ce texte....J'ai parcouru la forêt de Broceliande, je n'ai trouvé que l'hombre de moi-même qui se reflétait dans celle de Merlin, je n'ai toujours pas trouvé qui était l'enchanteur !

4. gegedu28  le 14-02-2016 à 15:22:48  (site)

Bonjour,
Très joli poème que vous nous offrez là.
Bien que Breton de naissance, et y ayant vécu toute ma jeunesse (Où çà ?, ... là-bas dans les Monts d'Arrée (http://www.gerarddelahaye.com/popup_titre.php?ID_Titre=255&Vs=3)), je n'ai jamais visité la Forêt de Brocéliande, mais Brocéliande me fait penser à Alan Stivell et sa chanson Brocéliande :

Celte fontaine, paradis d'hydromel,
Au fond d'un bois cent fois envouté,
Tu t'es noyé pour y voir la belle
Qui t'a donné éternel été.

Refrain :
P'lec'h emaoc'h c'hwi Brokilien
Viviana, Merzhin
P'lec'h emaoc'h c'hwi Brokilien
Huñnvreou pell a gevrin

Elle te conduit aux confins des mondes,
Près d'une rive aux plages fécondes
Où les rivières de vos rêves en vos yeux
Ont rajeuni l'Océan trop vieux.

Refrain

Et sous la mer, quelques algues lisses,
Monde enseveli, mes souvenirs pâlissent.
J'ai parcouru nos collines et nos landes;
Mais je n'ai pu retrouver Brocéliande

Refrain


En tout cas votre poème vous vaut d'être à l'honneur en ce jour de Saint Valentin.
smiley_id117184
Cordialement,
Gégédu28

5. raymonde  le 15-05-2016 à 15:17:25  (site)

MERCI p'ti ange
excusez le retard à vous répondre
amitiés
raymonde

6. raymonde  le 15-05-2016 à 15:18:28  (site)

merci elena13
POUR CE GENTIL COMMENTAIRE
BISES

7. raymonde  le 15-05-2016 à 15:20:05  (site)

merci à vous jakin
d'avoir apprécié cette poésie
amitiés
raymonde verney

8. raymonde  le 15-05-2016 à 15:21:11  (site)

gegedu28
merci à vous j'irais visiter votre site
amitiés
raymonde

 
 
 
posté le 16-10-2015 à 15:19:53

Le virelai La lune rousse heptasyllabes

Le virelai La lune rousse heptasyllabes


 

 

            La lune muse irréelle

            Sylphide aux fantasmes roux

            implore les vieux hiboux

            leurs yeux voilent son ombrelle

            poussez-vous je suis CIBELE

           

 

            la lune craint les ripoux

            elle paye la gabelle

            ce soir en robe canelle

            Sylphide aux fantasmes roux

            Elle cèlera ses sous

 

 

            Une seconde éternelle

            le printemps givre les houx

            il mystifie à genoux

La lune muse irréelle

Au sourire  de dentelle

 

 

 

Des amants aux regards fous

Postent céans un libelle


 

Dans «la page mensuelle »

La nommant  de ces mots doux

<< Sylphide aux fantasmes roux>>

 

 

On la traite de poubelle                             

Dans ce journal de jaloux

Afin de calmer les loups

la diva dit on m’appelle

LA LUNE : muse irréelle.

 

Raymonde verney

 

 



 


Commentaires

 

1. ptit-n-ange  le 16-10-2015 à 20:09:25  (site)

Bonsoir,
Très joli texte et belle image. Bravo,j'aime beaucoup.
Je découvre votre blog en flânant sur l'accueil et je voudrait en profiter pour te souhaité la bienvenue sur vef.
Bonne soirée.
A bientôt.
Ptit n ange

édité le 16-10-2015 à 20:09:38

2. RAYMONDE  le 13-02-2016 à 22:26:41  (site)

MERCI PETIT ANGE DE TON ACCUEIL
DESOLEE POUR LE RETARD A TE REPONDRE
BISES

3. ptit-n-ange  le 14-02-2016 à 10:22:41  (site)

Pas de soucis. Je comprend très bien,le principal c'est que tu vas bie.

Bon dimanche.

Bises

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article